Exposition «Vide Multiple» de l’artiste peintre Mostafa NAFFI

à partir du 10 Janvier 2014 à 19h

Le NOIR comme source du sublime

Texte d’AHMED FASSI

Un procédé de mise en scène et autant d’artifices qui font de Mostafa Naffi, avec cette tension maitrisée entre le noir et la lumière, un autre héritier de  Rembrandt. L’artiste, peu attelé aux influences, ne le prétend guère mais les effets de contraste, avec lesquels il jongle discrètement, font des menus motifs quelque part dans un emplacement du tableau, des éléments autonomes irradiant toute la composition.

Des apparitions ocres, rouges ou même roses qui vous interpellent, toutes  menues qu’elles soient, et confèrent à l’œuvre  plénitude et lyrisme quelquefois.

Et ce n’est point un hasard si l’on note quelque masque hagard ou encore cet élan empreint de spiritualité, d’une  silhouette gracieuse en quête de divine lumière.

Cela ne signifie guère pourtant quelque relâche ou un certain caprice. Fort de son concept  et de son obstination lente et réfléchie, Mostafa Naffi agit en visionnaire certes mais ne s’empresse point. Il n’hésite par à mettre le blouson bleu pour se convertir en apprenti menuisier, en  tôlier ou même en forgeron, pendant ses vacances, des mois durant et sans la moindre fatuité.

L’imagination est facile mais l’art consistant est malaisé, nous dit le plasticien par l’action et la labeur. C’est bien le métier, la maîtrise de la technique qui font l’artiste.